Accueil > Saviez vous > Questions fréquentes
Questions fréquentes

Quelle somme dois-je épargner chaque mois en vue de me constituer un complément retraite ?

On considère habituellement des versements de l'ordre de 5 à 10% du revenu annuel brut en vue de la préparation de la retraite.

Toutefois, il n'y a pas véritablement de règle générale, chaque cas étant un cas particulier.
En effet, l'effort d'épargne à réaliser en vue de la retraite dépend de plusieurs critères personnels tels que : le patrimoine financier acquis, la situation familiale et professionnelle, la durée de cotisation et le montant de complément retraite espéré.

L'important est, dans tous les cas, de commencer à épargner le plus tôt possible en mettant en place une épargne régulière et programmée.

En fonction de votre situation, de l'horizon d'épargne, et de votre profil d'épargnant, votre Conseiller IMPERIO vous guidera vers la solution la mieux adaptée.

 

Quel est l’âge légal de départ à la retraite pour les salariés ?

Age légal de la retraite en France pour les salariés :

  • L'âge légal de la retraite est 62 ans.
  • L'âge de la retraite au "taux maximum automatique" est fixé à 67 ans.
Pour bénéficier d'une retraite au taux maximum, il faut avoir atteint l'âge légal de départ à la retraite, et avoir le nombre de trimestres de cotisation nécessaire. Lorsque ces deux conditions sont réunies, la retraite est calculée au taux maximum, c'est à dire aux conditions les plus favorables.

Les nombreuses réformes des retraites, ont allongé progressivement le nombre de trimestres requis pour pouvoir obtenir une retraite au taux maximum.
Le nombre de trimestres nécessaires dépend de l'année de naissance. Il varie entre 160 et 171 trimestres pour les salariés nés avant 1973. Il est de 172 trimestres pour ceux nés après 1973.

Attention :
Si vous avez atteint l'âge légal mais n'avez pas le nombre de trimestres requis, vous pouvez partir à la retraite mais le taux de votre retraite sera réduit proportionnellement au nombre de trimestres manquants.
Cette réduction (ou décote) est définitive une fois que vous demandez votre retraite.

Si vous ne souhaitez pas partir avec une décote, vous pouvez continuer votre activité :
- jusqu'à obtenir le nombre de trimestres requis par la réglementation, en fonction de votre année de naissance;
- ou jusqu'à atteindre 67 ans (âge légal de la retraite au "taux maximum automatique"). En effet, à cet âge, votre pension sera calculée au taux maximum quel que soit le nombre de trimestres validés.

Sachez qu'il est également possible, dans certains cas, de racheter des trimestres. 

 

 

Que signifie retraite au "taux maximum" ?

Avoir droit à une pension retraite au "taux plein" ou "taux maximum", ne signifie pas que la pension sera égale au dernier salaire ! ... loin de là !

"Taux maximum" signifie en fait un taux de calcul de 50%.
Pour bénéficier du taux maximum de calcul de 50%, le salarié doit avoir le nombre de trimestres requis. Dans le cas contraire, ce taux sera réduit (décote) proportionnellement en fonction du nombre de trimestres manquants.

La retraite annuelle de base des assurés relevant du régime général de la Sécurité sociale se calcule comme suit :
Pension de retraite = Revenu annuel moyen(1) x taux de calcul x nombre de trimestres validés / nombre de trimestres exigés en fonction de l'année de naissance

Le taux de calcul varie entre 37,5% et 50% (taux maximum).

(1) pour les salariés nés après 1948, le revenu annuel moyen est calculé sur les 25 meilleures années d'activité.

Si l'assuré a validé le nombre de trimestres requis et s'il a atteint l'âge légal, sa retraite de base correspondra à 50% de son revenu annuel moyen(1).

A la retraite de base s'ajoutera la retraite complémentaire :
Pour tous les salariés, la caisse de retraite complémentaire est l'Arrco.
Les cadres cotisent à l'Arrco et à l'Agirc.
Il existe d'autres caisses complémentaires pour certains secteurs d'activité et certaines catégories de travailleurs.

 

Pourquoi souscrire un contrat d’Assurance vie lorsque l'on veut épargner ?

L’Assurance vie présente plusieurs avantages qui en font un outil de gestion patrimoniale incontournable.
Avec 1.632 milliards d'euros d'encours gérés pour le compte des assurés, à fin décembre 2016, en progression de 3% sur un an, l'Assurance vie est toujours le "placement financier préféré des Français" (source FFA).

Les raisons du succès de l'Assurance vie sont :
- sa souplesse exceptionnelle :
l'Assurance vie s'adapte à la situation de chacun, à ses objectifs, à sa propension d'épargne, à son profil d'épargnant, etc.
- sa rentabilité :
le rendement du fonds en euros (composé d'un taux minimum garanti auquel s'ajoute une participation aux bénéfices) se situe habituellement au-dessus des autres formules de placements sécurisés à rendement garanti.
- sa sécurité :
l'épargne investie sur le fonds en euros bénéficie d'une sécurité maximale et d'une garantie en capital.
- sa fiscalité avantageuse :
qu'il s'agisse de l'imposition sur les intérêts et plus-values ou sur les successions.

Sans oublier qu'un bon contrat d'assurance vie bien géré, c'est pour toute la vie !



 

Les placements effectués dans le cadre de l’Assurance vie sont-ils exonérés de droits de succession?

L'Assurance vie bénéficie d'un cadre fiscal avantageux, notamment en cas de décès, sur les droits de succession.

En effet, en cas de décès de l'assuré, le capital versé aux bénéficiaires ne fait pas partie de la succession de l'assuré et ce, quel que soit le degré de parenté entre l'assuré et le bénéficiaire.
Une partie du capital versé bénéficie d'une exonération sur les droits de succession. Les limites de cette exonération dépendent, en partie, de l'âge de l'assuré à la date de versement des primes.

  • Sommes versées au contrat avant le 70ème anniversaire de l'assuré :
    Exonération jusqu'à 152.500 euros de capital-décès par bénéficiaire.
    Entre 152.500 euros et 852.500 euros de capital-décès par bénéficiaire : taxation forfaitaire de 20%.
    Au-delà de 852.500 euros de capital-décès par bénéficiaire : taxation forfaitaire de 31,25%.
  • Sommes versées au contrat après le 70ème anniversaire de l'assuré :
    Exonération jusqu'à 30.500 euros de primes versées, tous bénéficiaires confondus.
    La fraction de primes excédant cet abattement est intégrée dans la succession. Cependant, les intérêts générés par le contrat sont exonérés.

Conditions en vigueur au 01/07/2014, susceptibles d'évolution en fonction de la législation.

 

Les périodes de travail à l'étranger, les périodes de maladie, et les périodes de chômage sont-elles prises en compte pour le calcul de ma retraite ?

Travail à l'étranger :
Les périodes validées par les régimes européens d'assurance sont pris en compte pour l'ouverture de vos droits en France, et pour déterminer le taux de calcul de votre retraite.
Votre demande de retraite déposée dans un Etat membre peut déclencher, si vous le demandez, l'instruction de la pension dans tous les Etats membres concernés.

Périodes de chômage :

Bien que les indemnités versées par les Assedic ne soient pas soumises au prélèvement de la cotisation vieillesse, les périodes de chômage sont prises en compte dans le cadre du régime de base. Toutefois, l'étendue de la validation dépend de la situation du chômeur - indemnisé ou non.
Les périodes de chômage indemnisé donnent lieu à un trimestre assimilé pour 50 jours d'indemnisation, sans pouvoir dépasser 4 trimestres par an.
- En ce qui concerne les points de retraite accordés par les régimes complémentaires, seules les périodes de chômage indemnisées permettent d'acquérir des points de retraite complémentaires.  

Périodes de maladie :

Les périodes de maladie sont validées en trimestres dits "assimilés", sur la base d'un trimestre assimilé pour 60 jours d'indemnisation, avec un maximum de 4 par an.
En cas d'accident du travail, un trimestre assimilé par trimestre civil de paiement si l'incapacité est supérieure à 66%.
L'invalidité est validée sur la base d'un trimestre assimilé pour chaque trimestre comportant 3 mensualités de paiement de pension invalidité. Par ailleurs le statut d'invalide donne droit, dès l'âge de 60 ans, à une retraite à taux plein, quel que soit le nombre de trimestres.

 

Je suis salarié du secteur privé : à quels régimes de retraite suis-je assujetti ?

En France les salariés sont assujettis au système général de retraite, dit "par répartition". Ce système est fondé sur la solidarité entre générations : les cotisations salariales versées par les actifs servent à payer les pensions des retraités. 

Le système français comporte :
Le régime de base obligatoire géré par la Sécurité Sociale au-travers de la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse des travailleurs salariés (CNAV).


Les régimes complémentaires obligatoires:

  • ARRCO (Assocation des Régimes de Retraite COmplémentaires) qui  concernent tous les salariés, cadres et non-cadres, du secteur privé.
  • AGIRC (Association Générale des Institutions de Retraite des Cadres)
  • L'ARRCO et l'AGIRC sont gérées paritairement par les employeurs et les organisations syndicales.

En ce qui concerne le secteur public, il existe des régimes spéciaux regroupant notamment les fonctionnaires et les agents publics.

 

J'ai plus de 60 ans, je ne peux donc plus souscrire un contrat pour protéger mes proches?

Effectivement, pour la plupart des garanties de prévoyance, l'âge de l'assuré à la souscription est limité.

Néanmoins, le contrat Sérénité Plus IMPERIO peut être souscrit jusqu'à 81 ans, sans questionnaire médical.
Sérénité Plus est un contrat vie entière qui garantit le versement d'un capital en cas de décès de l'assuré, quelle qu'en soit la cause.
Si la cause du décès est accidentelle et intervient avant le 85ème anniversaire de l'assuré, le capital de base est quadruplé.
Sérénité Plus n'est pas un contrat à fonds perdus. Il dispose en effet d'une composante épargne qui peut être rachetée en cas de besoin. 

Pour toute complément d'information sur Sérénité Plus, veuillez contacter votre Conseiller habituel.
 

En quoi consistent les prélèvements sociaux ?

Les prélèvements sociaux (CSG, CRDS, et prélèvement social) sont des impôts redevables sur tous les intérêts et plus-values obtenus sur tous les placements financiers. C'est l'Etat qui fixe cet impôt.

Depuis le 1er juillet 2012, les prélèvements sociaux sont de 15,5%.

  • Ces prélèvements sont appliqué sur les intérêts et plus-values de TOUS les placements (livrets bancaires, comptes à termes, contrats d'assurance vie, portefeuilles d'actions, etc.).
  • Seuls sont exonérés de prélèvements sociaux les livrets réglementés (Livret A, LDD, Livret d'Epargne Populaire, ...), mais les versements sur ces placements sont plafonnés alors qu'ils sont libres sur les contrats d'assurance vie.

 

 

Dois-je attendre le départ à la retraite pour faire le point sur mes droits ?

Il n'est pas nécessaire, ni d'ailleurs conseillé, d'attendre le moment du départ à la retraite pour s'informer sur ses droits.

En matière de retraite, l'anticipation est toujours bonne conseillère. Anticiper la retraite le plus tôt possible vous permettra de mettre en place une solution de retraite complémentaire individuelle dans les meilleures conditions.

Quel que soit votre âge, vous pouvez demander un relevé de carrière en vous adressant à l'un des points d'accueil de la Caisse de Retraite et de la(aux) Caisse(s) Complémentaire(s) dont vous dépendez.
Le relevé de carrière récapitule votre carrière. Il vous permet de visualiser l'exactitude des informations qui y sont reportées. C'est donc une étape importante pour préparer votre retraite.

Votre Conseiller IMPERIO peut aussi vous aider à réaliser un pré-diagnostic retraite.
Cette étude vous donnera une idée du niveau de votre pension et vous permettra de mettre en place une mesure d'épargne régulière en vue de compléter vos revenus.

 

Comment préserver l’avenir de mes enfants si j'étais victime d'un accident

Mettre ses enfants à l'abri en cas de coup dur est la principale préoccupation des parents.

IMPERIO considère que vous protéger et protéger vos proches est l'une de ses missions prioritaires.

IMPERIO a mis en place de nombreuses garanties dans le domaine de la protection familiale et particulièrement celle des enfants :

- les parents de jeunes enfants pourront souscrire à Educalia pour leur permettre de poursuivre leurs études si eux-mêmes ou leur conjoint étaient victime d'un accident.
En effet, Educalia assure le versement d"une rente mensuelle d'éducation qui est versée jusqu'au 25ème anniversaire de l'enfant le plus jeune.
Conjointement à Educalia, ils pourront souscrire un contrat d'épargne, Patrimoine-Expansion-Projets, par exemple, de façon à épargner régulièrement pour se constituer un capital pour leurs enfants ;

- ceux dont les enfants sont plus grands et ceux qui souhaitent aussi protéger leur conjoint, pourront choisir l'une des quatre options de Preciso. En cas de disparition accidentelle du conjoint assuré, Preciso garantit le versement d'un capital immédiat puis d'une rente mensuelle pendant une très longue période pour préserver le niveau de vie de la famille.

- de nombreuses autres garanties sont proposées par Império en fonction de la situation de chaque famille et de ses besoins de protection.

Dans tous les cas, votre Conseiller Império est à votre entière disposition pour vous proposer la solution de prévoyance familiale la mieux adaptée à votre situation.

 

Comment compléter ma pension retraite par un revenu régulier ?

Si vous souscrivez un contrat d'épargne en vue de la retraite, vous pourrez opter pour une sortie en rente viagère à une date déterminée.

Cette formule s'adapte parfaitement à la retraite, voire à la pré-retraite, puisque le capital constitué est versé sous forme de rente de façon à compléter les revenus de l'assuré.

Votre Conseiller IMPERIO est à votre disposition pour vous aider, dans le cadre de votre Diagnostic retraite, à définir le contrat épargne retraite adapté à votre situation.

 

.